06/11/2011 - Petite course rapide par un temps maussade mais heureusement sec, qui procurera quelques éclairages magiques dont la Chartreuse a seule le secret. N'émergeant de la brume de mes pensées que très haut sur le plateau sommital, je rebrousse chemin la queue basse pour récupérer le départ du sangle de la Barrère, très en aval, ce qui me vaudra de "gonfler" un peu le trop maigre dénivelé. Au-delà du sangle, le détour par la vire E, suspendue en plein ciel, facile mais hautement spectaculaire, vaut son pesant de cacahuètes. Encore plus particulièrement aujourd'hui avec les nuages multicouches et les bourrasques de foehn taquines. Retour par l'Oeille, histoire de boucler. N'empêche, c'est un peu court, jeune homme !..