29/10/2010 - Malgré son très modeste dénivelé, la Pointe de Marcelly fait partie de ces sommets chafouins qui s'obstinent à reculer à mesure que vous avancez. Fort heureusement, ayant d'instinct détecté chez moi une criante méforme, mes amis chocards scanderont joyeusement mon prénom en guise d'encouragement tout au long d'une poussive montée par son arête E. C'est là tout l'avantage d'entretenir depuis des lustres avec ces rusés volatiles des relations d'une franche cordialité mais surtout et avant tout d'avoir un prénom aisément croassable, contrairement aux François-Marie, Charles-Amédé et autres Théodule. Depuis son culmen, cette croix du Nivolet faucignerane offre une vue très dégagée sur les proches sommets du Haut Giffre, Mont Blanc, Faucigny ou des Aravis ainsi que de belles perspectives plongeantes sur les vallées du Giffre et de l'Arve. Dans l'optique d'une belle traversée, la crête peut ensuite se poursuivre agréablement vers le Nord et les autres pointes qui la jalonnent, pour boucler enfin par le petit lac du Roy. L'on pourra s'éviter par contre de tirer jusqu'à la Pointe du Haut Fleury, fleurie en l'occurence de pylônes de télésièges, qui nous rappellent si besoin était qu'on empiète là encore sur le tentaculaire royaume du ski...