01/07/2007 - Départ très matinal depuis la vieille cabane où l'affluence du jour m'avait relégué en compagnie de quelques congénères hors-sac. Après une trop courte montée, je foule bientôt un sommet du Castor, momentanément vierge, qui s'ébroue mollement sous les premières lueurs du jour. Il n'est que 6h10 ; l'objectif est atteint. Telle la cerise sur la meringue glaciaire, le Lyskamm me tend désormais les bras. Au terme d'une agréable ascension, j'en rejoins rapidement le sommet W, dont la longue crête est balayée par un vent tempétueux. Dans la foulée, les traces courant sur l'arête m'invitent à la traversée. Une autre fois peut-être...