18/10/2008 - Grande classique tant estivale qu'hivernale, cette Levanna Occidentale, la plus accessible des trois, avait déjà reçu ma visite il y a quelques décennies par mauvais temps, sans me laisser de souvenir particulier. Une sortie dans le secteur en début d'année m'avait remis en mémoire cette belle cime, inconsciemment mise au ban des sommets fréquentables pour cause de surfréquentation. Il convenait de mettre enfin un terme à cette mise à l'écart imméritée. Passé les paisibles alpages ocrés menant au refuge du Carro, une neige déjà profonde et de qualité très inégale ralentit fortement la progression à partir du replat des Pariotes. L'on y constatera au passage les effets dévastateurs du rechauffement climatique, le glacier de Derrière les Lacs, qui donnait à cette course facile sa plus value alpine, n'étant désormais réduit qu'à sa portion congrue. Au-delà, après une courte mais pénible ascension mixte où les crampons sont pour un temps encore superflus, la très esthétique arête sommitale, semblant fendre les flots ouatés s'étendant à l'infini, vous récompensera bien au-delà des efforts consentis. Vous atteindrez ainsi, privilégié, les confins d'un univers figé dans l'attente résignée des rigueurs hivernales et goûterez avec délice quelques instants de paix et d'extrême isolement, troublés par la seule compagnie de quelques facétieux chamois. Un retour aux fondamentaux qui fait du bien, après un été parsemé d'échecs, bavantes et frustrations. Splendide...