13-14/06/2009 - Retour face à ce splendide versant SO du Mont Blanc, après deux echecs cuisants en 1996 et plus récemment l'année dernière. Dès la Visaille, un groupe de quatre alpinistes (grenoblois) me semble bien parti pour le Petit Mont Blanc. Adieu après-midi de méditation contemplative et nuit solitaire ! Pour compléter le tableau, nous retrouvons au bivouac un groupe de trois skieurs italiens, ainsi qu'un jeune bouquetin peu farouche qui ne nous quittera pas du week-end. 4+3+1 = 8, ça commence à faire... Heureusement, malgré la présence d'une couchette libre, le bouquetin insistera pour rester dehors. Cadre grandiose mais petit bisolet pénible. Le lendemain le regel est excellent et la montée au Petit Mont Blanc rapide. Le lever de soleil sur la Noire est toujours aussi exceptionnel. Le petit couloir mixte rejoignant le glacier, en glace vive sur le final, oblige à tracer quelques marches sur une dizaine de mètres. Au-delà, le glacier est encore bien bouché, malgré la présence de quelques crevasses s'évitant facilement, tout comme la rimaye sous l'épaule. Pas de vent, météo convenable, quelques gros nuages... Le sommet me tend les bras. Et pourtant, il n'y a qu'à lever la tête : la croupe finale est intégralement en glace. A quelques mètres du champ de neige sommital, alors que la pente se creuse et que les pointes n'accrochent plus, l'abandon est une nouvelle fois prononcé sur ce sommet définitivement maudit. Je redescend rapidement en croisant au passage mes poursuivants qui n'ont pas l'air bien chauds pour se risquer plus avant. Pour sauver l'honneur, cap désormais sur le beau couloir NE du Petit Mont Blanc. Grosse ambiance dans ces 1000 mètres de couloir plongeant abruptement sur le glacier du Miage, face à l'austère versant SO du Mont Blanc encore à l'ombre. La belle première partie, très raide, plante heureusement bien, en neige molle. Au-delà, après l'embranchement, le reste de la descente est à cette époque très goulottée et en neige plus dure, balayée par les chutes de pierres qu'on évitera au mieux en rive droite puis en rive gauche. Après ce final éprouvant pour les nerfs, le glacier du Miage est le bienvenu. Un dernier détour par le joli lac du Miage et ses mélezins foisonnant de bouquetins, cloturera une journée riches en émotions, mais où la frustration l'emporte une nouvelle fois... But "vent" en 1996, but "glace" en 2009... rendez-vous dans 13 ans pour une nouvelle tentative.