18/10/2009 - Le glacier de la Girose et les vallons de la Meije incarnent à leur échelle la version "Oisans" de l'Aiguille du Midi et de la Vallée Blanche. Un site splendide sacrifié sur l'autel de la rentabilité et du tourisme de masse tant estival qu'hivernal. La basse saison automnale, avant que les monstres mécaniques n'entreprennent l'asseptisation du glacier, procure toutefois une courte fenêtre de tir qui vous permettra de prendre la pleine mesure de ce secteur mythique. Montée agréable mais glaciale par le lac de Puy Vachier et le refuge E. Chancel. Des champs de pierrailles givrées mènent ensuite sans problème au col des Ruillans où l'on rejoint les hideux vestiges d'une civilisation décadente. Le panorama est toutefois à couper le souffle, tant sur les faces N de la Meije, du Râteau et des Pointes acérées dominant le gruyère de la Girose, que sur les pastels ocrés des vallons de la Romanche contrastant avec les blancheurs des sommets savoyards, ayant subi cette semaine les premiers assauts de l'hiver. Passé le café de la gare, on tâchera de longer au mieux le glacier très tourmenté, à la base des belles falaises des Trifides malheureusement encombrées des ferrailles du téléski homonyme. Un couloir d'éboulis très foireux permet ensuite de rejoindre la croupe ONO qui mène rapidement au sommet par des rochers faciles saupoudrés de neige. Cadre grandiose, contemplation, méditation... Retour par la Brèche de Pacave qui permet de basculer dans les splendides vallons de la Meije, dominés par l'austère face N du Râteau puis la masse écrasante du Grand Pic, au coeur des mélézins flamboyants. Chevreuils et chamois à foison, quelques vaches et moutons jouant encore la montre, aucun humanoïde... profitons en, ça ne va pas durer. Splendide !