13/05/2006 - 40 cm de poudre transformée à partir de 2500m, reliquat des abondantes chutes de neige du début de la semaine. Dans le départ en écharpe, la sous-couche dure affleure. Au-delà, on enfonce jusqu'aux genoux (ce qui, somme toute, n'est pas plus mal...), dans une neige vierge de toutes traces. Je renonce à regrets à la Pointe Maximin, objectif initial (des gradins faciles, qu'il disait) dont l'allure plâtrée ne me dit rien qui vaille. Descente sans problème, alors que le temps se gâte et que les purges se multiplient. Davin, Maximin... reste le Burlan et la grande trilogie des couloirs écrinesques sera enfin bouclée.