25/04/2009 - Une montée rapide, en neige dure dès le Monal, permet heureusement de s'économiser avant l'attaque de la rampe N où l'on enfonce allègrement jusqu'aux genoux. Au-delà, la face se redresse progressivement mais la quantité de poudreuse permet de tirer au plus direct sans se poser trop de question, exceptées celles des ressources physiques et de l'horaire. Après 800m de tranchée, je sors du frigo, au grand soulagement de mes extrémités, malheureusement cueillies par un vent du S cinglant. Très belle vue panoramique au sommet sur Valais, Grand Paradis et Vanoise. La logique commanderait une poursuite sur la crête facile menant aux Pointes des Plates des Chamois et de Nantcruet. Un retour en plongée dans la poudre de la face N est également bien tentant... Mais mon état de fatigue avancé (tout comme l'horaire) et des onglées tenaces me font opter pour un retour en boucle par les pentes débonnaires du versant S plongeant sur le petit hameau de Nantcruet, alors que le foehn finit d'amener son lot de nuages élevés.