04/03/2007 - Des lustres que je n'avais mis les pieds à Freydières, l'un des spots belledoniens les plus prisés des Grenoblois, en atteste la capacité indécente du parking. Malgré tout, l'isolement est encore possible, lors de la longue montée aux lacs du Doménon, si l'on privilégie un départ très matinal. Et si l'on choisit qui plus est le lendemain d'une période d'intempéries, ayant redonné pour un bref instant sa virginité à la montagne, l'ambiance exceptionnelle du site vous fera oublier les hordes barbares que vous devinez lancées à vos trousses, prêtes à souiller chaque pente immaculée de traces serpentines. Hors ces considérations, l'ascension de la face S du Pic Couttet s'effectue sans problème, en neige dure, croûtée sur le final, permettant une montée rapide en crampons. J'évite de très peu un sort à la Bérhault sur la belle crête sommitale très cornichée, à cause d'une grave erreur d'appréciation heureusement sans conséquence. Au sommet, vue splendide, notamment sur la face O du Grand Pic, fraîchement plâtrée. Retour rapide compte tenu des conditions nivologiques très moyennes, pour profiter d'une neige encore portante et stable. Une stabilité encore toute relative, certaines plaques et coulées monstrueuses étant là pour en témoigner.